Sur le plan architectural, "la gare des Ardoines sera au coeur du système intermodal avec des bus et le RER, garantit Denis Valode. C'est pourquoi, l'architecte a opté pour une conception en deux dimensions : d'une part en profondeur, à 28 mètres, en belvédère au-dessus du territoire industriel et des grandes halles SNCF, typiques de l'architecture industrielle."

 

"Une structure assez massive de voile de béton perforé"

 

"Alors que nous passons de l'industrie lourde du 19ème siècle à l'industrie du 21ème avec les nouvelles technologies et les biotechs, nous partons au départ d'une structure assez massive de voile de béton qui, au fur et à mesure, s'élèvera et deviendra de plus en plus perforé pour se transformer et devenir comme une dentelle", complète l'architecte Denis Valode. Tout en détaillant que les sous-sols seront en voile de béton perforé. La forme s'allègera et accompagnera l'altitude et le mouvement des 95.000 voyageurs quotidiens.

 

Par ailleurs, "cette gare sera le résultat d'un enjeu urbain considérable sur un territoire en profonde mutation, conclut Denis Valode. Elle sera le germe d'un nouveau quartier qui va formidablement se densifier." De plus, les volumétries de la tour et du futur immeuble-pont prévus au-dessus de la gare, permettront d'après l'architecte de signaler "le mouvement" et "l'énergie du déplacement".
actioncl