Les concepteurs ont opté pour un volume minéral de 2.764 m² qui donne l'impression de se détacher du sol, laissant sa façade se plier au niveau de la rue. "Cette enveloppe se matérialise dans une couche, une épaisseur, un espace, qui vient s'intercaler entre l'édifice et son environnement, entre l'artificiel et l'écologie du lieu, ce qui a nécessité de dépasser la notion de simple mur ou de façade", développe l'agence Antonio Virga Architecte. Le procédé constructif a consisté à changer ce qui sépare pour en faire un élément qui relie, et d'imaginer des lieux de transition entre le dehors et le dedans, entre le public et le privé.

 

actioncl