Claude Girardet, architecte au cabinet ACD Architectes et vice-président de Qualisport

 

"Si nous analysons la situation, des atouts, des handicaps et des faiblesses apparaissent à travers la candidature de Paris 2024. S'agissant des atouts, nous disposons de 95 % des sites pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques à l'exception du centre aquatique prévu en Seine-Saint-Denis. Pour cette raison, ça sera une bonne chose qu'il y ait un concours d'architecture à cet égard.

 

Par ailleurs, Qualisport, l'organisme reconnu par le ministère chargé des Sports et accrédité Cofrac depuis 2011, qui attribue des qualifications spécialisées dans les installations sportives de sport, loisirs, culture sera à disposition du Comité d'organisation des jeux olympiques (COJO) pour apporter son expertise en matière de réalisation d'équipement sportif.

 

Toutefois, le principal handicap sera à mon avis sera les transports notamment en amont des Jeux olympiques. Comment les ouvriers du BTP accèderont-ils aux sites ? Ce serait une erreur de parler du fonctionnement des transports que seulement durant les JO. Et si la ville de Paris était congestionné, l'opinion publique pourrait se retourner très logiquement. Parmi les autres inquiétudes, parlons des attentats. Les JO sont naturellement choisis par les terroristes pour faire parler d'eux. Je crois que la France réussira sur ce terrain. J'espère aussi que l'on va nommer au COJO des personnes qui respecteront bien les budgets.

 

Enfin, je serai flatté à Roland-Garros que le court Suzanne-Lenglen, le deuxième plus grand court de tennis du stade Roland-Garros situé derrière le court Philippe-Chatrier construit par nos équipes d'ACD architectes serve de cadre au tennis et à la boxe."
actioncl